Le 22 septembre : la CFDT mobilise pour le social et la santé

Publié le 18/09/2015 à 11H27
Pour les Fédérations Interco, Santé-sociaux et SGEN, il est plus que temps que les pouvoirs publics se  préoccupent des moyens octroyés aux services en charge de ces deux missions. Tant dans la santé que pour le social, l’« effet ciseaux » met à mal la réalisation des politiques visant à répondre aux nécessités liées, notamment, à la prévention chez les jeunes , au vieillissement de la population et à la profonde et longue crise sociale et économique que nous subissons.

Un rassemblement pique-nique est prévu, en Rhône-Alpes de 11h à 16h place Bellecour. Le social et la santé sont une richesse, les moyens humains nécessaires à leur mise en œuvre doivent y être investis !

Il est indéniable que le nombre de bénéficiaires des politiques sociales (RSA, CMU, logement, handicap, vieillesse,…) suit une courbe ascendante. Il est tout aussi indéniable que les moyens indispensables pour leurs mises en œuvre n’ont pas suivis le même chemin !

Traiter la santé comme un budget à rationaliser, faire plus avec moins procède d’une logique de court terme dont toute la société paiera très cher les conséquences plus tard.

Aujourd’hui il en va de l’avenir du contrat social : notre solidarité ne peut se réduire à des actions réparatrices. L’intervention de professionnels formés et reconnus est indispensable. Elle seule permet de recoudre le tissu social qui se déchire, de mettre en œuvre une politique de prévention et de promotion de la santé mais aussi de dispenser le soin reconstructeur. 

OUI le travail social et les actions de santé sont des investissements pour demain !

 Pour permettre aux citoyens « accidentés de la vie » de repartir vers une « reconstruction », la collectivité doit donner aux équipements et services les moyens d’accomplir leurs missions d’intérêt général.

« Pour la CFDT il est temps d’inverser le discours du coût du social et de la santé. L’inverser au sens de la richesse produite : financer le social et la santé c’est investir dans les hommes et les femmes qui produisent le soin, l’accompagnement des personnes en précarité, l’insertion et l’aide aux plus démunis.» 

 Mobilisée, depuis le début de l’été pour le revendiquer, la CFDT organise le 22 septembre une journée nationale, pour interpeller les responsables politiques sur cette question.