Visite de Laurent Berger : Renault Trucks à Vénissieux (69)

Publié le 28/09/2015 à 14H40
Visite de Laurent Berger : Renault Trucks à Vénissieux (69)

Ce n'est pas une simple affair11952889 872486352800319 8864677525209349895 oe de recevoir Laurent Berger dans son entreprise même pour une section syndicale expérimentée comme celle de Renault-Trucks à Vénissieux près de Lyon. En effet, il faut prévenir la presse, inviter les journalistes, prévoir les repas, définir le plan de table, ne pas oublier les VIP, les assistants…

 En fait, rien de tout cela ! Laurent est arrivé à l'heure, en TGV, depuis la gare de la Part-Dieu accueilli par Hervé le secrétaire de section et par un joli soleil d'automne. Première réunion à 9 heures pour Laurent avec la Direction de l'entreprise pour dire que :

- le PSE n'avait pas de véritable justification économique et que la décision prise par la Direction de Renault-Trucks est dictée par les actionnaires du groupe,

- l'équipe CFDT a su négocier jusqu'au bout, même quand le dialogue social ressemblait d'avantage à un combat. Elle a su prendre ses responsabilités contrairement à d'autres organisations syndicales.

La visite de Laurent dans les bureaux et les ateliers a confirmé ces propos. Le personnel rencontré a, en effet, remercié la CFDT et les syndicats qui ont choisi de négocier sans faille même s'il reste encore 25 licenciements prévus en partie compensés par des embauches en apprentissage.

La venue de Laurent Berger le 24 septembre à l'usine Renault-Trucks de Vénissieux, juste après la signature CFDT du PSE, était prévue de longue date, avant l'été, en vue des élections professionnelles d'octobre. Ce fut donc pour tous les participants un heureux hasard.

Puis, Laurent s'est livré avec l'équipe CFDT au jeu des questions réponse sur l'actualité. Il est revenu sur les propositions de la CFDT sur la négociation sur le financement des caisses de retraites complémentaires. La CFDT souhaite arriver à un accord, car sans accord c'est la fin des retraites complémentaires, les solutions à mettre en place devront être comprises et partagées par tous. Il a surtout rappelé que le patronat ne devait pas utiliser le prétexte de la négociation pour faire reculer l'âge du départ à la retraite à 65 ans.

Laurent a encore eu l'occasion de s'exprimer devant tous les adhérents et quelques retraités lors du buffet préparé dans la salle de l'Amicale des sports. Il a chaudement accueilli les nouveaux adhérents CFDT (en par12015076 10206646291529042 6865732410433922191 oticulier les ex-CFTC de l'établissement de Ponts situé à proximité de l'usine de Vénissieux). Les questions de la salle ont été, à chaque fois, détaillées et précises. Laurent a su prendre le temps d'écouter et d'y répondre sans faux-semblants.

En conclusion, cette visite fut une vraie journée de rencontres et d'échanges entre militants CFDT. Ce 24 septembre, il a fait beau encore tard dans la soirée.

Gilles Cadoret.